…contrôle, contrôle, contrôle… et contrôle…

 

Il est de plus en plus difficile de mentir à notre époque. On ne peut pas prétendre être ailleurs, car on peut être trahi par notre téléphone, notre ordinateur, nos réseaux sociaux, notre carte de transport, notre carte bancaire. On ne peut plus prétendre ne pas avoir reçu un message car notre interlocuteur peut même savoir s’il a été lu, et quand il a été lu. Le numérique nous a fait passer d’une société disciplinaire à une société de contrôle, comme l’expliquent Deleuze et Foucault. Plus besoin de construire un Panoptique, les caméras de surveillance et autres webcams font déjà très bien leur travail car avec Internet, le contrôle est permanent (wink wink la NSA…). Nous n’avons plus besoin de nous sentir observés véritablement, car rien que la suspection d’observation suffit à nous autocensurer. Combien de personnes éprouvent le besoin de mettre un autocollant pour masquer leur webcam sur leur ordinateur portable ? C’est plutôt parlant… L’épisode Shut Up And Dance (S03E03) de Black Mirror suffit à faire froid dans le dos.

shut up and dance

Nous sommes donc soumis à un contrôle permanent dans notre sphère privée (qui, du coup n’est plus si privée que ça), mais ça ne s’arrête pas là. Déjà, nos téléphones et ordinateurs nous suivent au travail… Mais de nombreuses entreprises ont leur propre système pour surveiller les employés, contrôler leur productivité et ainsi leur mettre la pression. Les smartphones d’entreprises sont donc souvent surveillés et l’accès aux sites jugés de divertissement sont prohibés, les historiques de navigation sont souvent contrôlés aussi. Les centres d’appels ont cette réputation qui leur colle à la peau (à juste titre) d’enfer au niveau du contrôle des employés. Cet article revient en détail sur les causes de la détresse psychologique qui touche une très grande partie des employés de ces entreprises.

Ce contrôle omniprésent est forcément source d’un stress immense qui est, je pense, en grande partie responsable de notre vision du travail actuellement. Le travail (je parle là particulièrement des employés en entreprises et dans d’autres cadres surveillés) est subi, il est associé à une contrainte, un besoin pour obtenir un salaire mais souvent rien de plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s